Australie, Western Australia

Fitzgerald River National Park

3 avril 2016

Après une nuit trop cool dans ce camping où nous étions tout seuls, nous nous dirigeons vers une autre réserve naturelle, le Fitzgerald River National Park.

Nous commençons par faire un petit détour à Bremer Bay où nous allons jusqu’à une plage pour marcher un peu dans le sable. Nous pouvons voir le Wellstead Estuary, qui fait suite à la Bremer River, se jeter dans l’océan.

bremer-bay-inlet

Nous cherchons à rejoindre Point Ann. Sur la route, Pony prend son tout premier bain de pneus : nous traversons pour la 1ère fois de notre voyage une petite rivière, la Bremer River. Elle n’est pas profonde mais c’est suffisant pour être impressionnant.
Pour le moment, comparé à ce que nous avons vu hier, le parc nous déçoit un peu. Il est assez plat et il n’y a que des buissons.

Royal Hakea

Royal Hakea

Et puis petit à petit, nous commençons à voir des monts se dessiner.

monts

Sur la route, nous rencontrons une sorte de varan qui avance sans se presser, et une nuée d’énormes insectes que nous ne pouvons pas identifier s’écrase contre le pare-brise.

varran

Heath Monitor

Nous arrivons enfin à Point Ann. Vu les bornes parcourues, il faut croire que c’est un endroit qui se mérite. Et oui ! Pfouuuuuu que de beauté ! Nous voyons beaucoup de belles plages mais cet endroit-là est particulièrement magnifique. Une merveille naturelle. De plus, les nuages gris se sont éparpillés, laissant place au soleil qui domine le ciel bleu. Le sable est blanc et l’eau turquoise, ce qui contraste largement avec la verdure autour, qui s’étend sur des kilomètres.

point-ann

Et le coin a été très bien aménagé : c’est bien pensé, respectueux de la nature et très joliment réalisé. Vous avez des bordures de petites pierres, des tables et bancs de bois avec barbecues et vue sur la mer, des wc écologiques (comme tout le temps), pas d’eau potable (nous commençons à nous habituer aussi ! ) et divers points de vue au bout de pontons surpblombants l’océan.

point-ann-2

Ce point reculé permet de voir des dauphins et 2 sortes de baleines quand vous avez de la chance. En nous promenant, Johann a croisé un autre varan qui n’a pas traîné, cette fois-ci, à fuir dans les buissons. Nous avons mangé au bord de l’océan et nous nous serions vraiment crus dans un camping 5 étoiles, surtout que nous étions encore seuls… C’était trop bien ! ! !

En venant, nous avions vu que la route que nous devions emprunter au retour était barrée. Nous allons devoir faire encore plus de chemin pour arriver au point suivant.
La route est très longue et il n’y a rien à voir. Nous devons faire tout le tour du parc pour rejoindre Hopetoun. Une seule route passe par l’intérieur et comme nous n’avons quasiment rien vu du parc à cause de la première route barrée, nous voulons à tout prix prendre la suivante. Elle est barrée aussi… Nous choisissons une route de graviers parallèle à la route classique monotone. Nous y croisons de nombreux kangourous (c’est rare que nous en voyions plus de vivants que de morts…) et plusieurs rivières à traverser.

river

Nous commençons à être bien fatigués d’avaler des kilomètres pour rien et nous ne pensons pas être capables d’aller jusqu’au camping que nous avions choisi.
Nous nous arrêtons à Ravensthorpe faire le plein d’essence et nettoyer la voiture de ses multiples cadavres du mystérieux insecte suicidaire. Il s’agit en fait d’un genre de gros criquet.

criquet

Il y en a de partout, la voiture est un vrai cimetière…

criquets-2

A la station service, nous nous rendons compte que nous ne sommes pas les pires : il y en a un gros tas par terre…
Nous stoppons enfin notre traversée infernale dans un free camp sans douche. Ca ira mieux demain !

 

6h14, nos yeux s’ouvrent. Nous apercevons la lueur du soleil à travers la toile de la tente, nous ouvrons la “fenêtre” et nous observons le lever du soleil. Petit déjeuner, pliage de tente et direction Hopetoun, un village à l’extrême droite du parc national.

hopetoun

La côte à Hopetoun

Petite pause le long du littoral et nous tentons de reprendre une dernière route (ouverte) qui mène vers le centre du National Park. En route, nous nous arrêtons au Culham Inlet et marchons vers la plage d’en face. Et là, nous assistons à quelque chose que nous n’avions encore jamais vu de notre vie : les rouleaux se terminent en mousse et s’éclatent dans un silence inquiétant, sur une plage déjà remplie de mousse. C’est totalement surréaliste. Quand 2 vagues de mousse s’entrechoquent, nous avons l’impression de voir un ralenti. C’est assez magique.

mousse

Après 10 bonnes minutes à canarder de photos et vidéos cet étrange phénomène, nous reprenons notre route et nous arrêtons plus haut pour profiter du panorama.

inlet

Culham Inlet à gauche et l’océan mousseux à droite

Sur la route nous nous arrêtons également à Cave Point, l’occasion de voir quelques dauphins qui nous font l’honneur de passer en bas de la falaise.

Nous terminerons notre balade dans le Fitzgerald River National Park par le Hamersley Inlet.

inlet-2

Hamersley Inlet

Nous continuons notre route direction Esperance, à 220km, soit 2h45 à l’est de notre dernière position. Nous choisissons un chemin réservé aux 4X4, très peu fréquenté, qui longe la côte, pour éviter de manger du bitume pendant des heures.

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire