Australie, Western Australia

Back to Carnarvon

11 juin 2016

De retour !
Nous arrivons à Carnarvon en fin d’après-midi. La route s’est passée sans problème majeur. Carnarvon est donc une petite ville sur le tropique du Capricorne, ce qui lui donne un climat chaud lui permettant la culture de fruits tropicaux tels que les bananes. A l’époque, ils utilisaient des dromadaires pour les déplacements. Nous sommes à l’embouchure de la Gascoyne River qui marque le début du nord du Western Australia.
carnarvon-2
Nous avons juste le temps d’aller acheter des bières, d’emprunter la One Mile Jetty pour un aller-retour sur l’océan et de revenir se poser pour profiter du coucher du soleil avec… du saucisson !

one-mile-jetty-2 one-mile-jetty
apero-carnarvon
Après ça, nous trouvons un coin pour dormir. Ils annoncent 10 degrés de plus qu’à Perth pour la nuit, nous espérons pouvoir enfin passer une nuit paisible car ce n’est pas la cas depuis 10 jours (froid, bruit, anxiété, souris…) !

Le lendemain matin, nous nous dirigeons vers les Blowholes. Nous faisons un détour de 100km pour aller découvrir ces mystérieux jets d’eau pouvant atteindre 20m de hauteur.
blowholesC’est assez majestueux ! Des trous se sont formés dans les rochers et quand les vagues s’y engouffrent, la pression crée un immense jet et d’autres moins impressionnants autour. Le bruit de l’air dans les trous est assez intrigant.

blowholes-2
Au final, ça ressemble un peu à des geysers, sans l’eau chaude ni la fumée !

blowholes-3De plus, le décor est vraiment chouette : de la roche à l’aspect corallien.

Il n’y a pas grand chose d’autre à voir dans le coin alors nous poursuivons. Dans 2h30 nous serons à Coral Bay.

Comme ça fait plaisir de rouler sereinement ! La route est longue, les véhicules peu nombreux, alors quand on se croise on se fait signe ! Nous passons devant le panneau “Tropic of Capricorn”.
Nous avons perdu un peu de temps en chemin car pendant notre pause repas nous avons aidé un Australien muni d’une moto avec remorque. Son pneu de remorque a crevé. Il a trouvé une solution, pas très efficace certes, mais qui dépanne : « j’ai vu un jour à la télé qu’ils faisaient ça : ils enlèvent la chambre à air et remplissent la roue de vêtements ». Ok ! Nous avons donc assisté à une réparation de fortune qui lui servira pour les 100km qui le séparent de Carnarvon. Autant dire que la remorque tire la tronche en repartant…

Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire