Australie, Carnet de voyage, South Australia

Whyalla : une belle surprise

20 mars 2017

Après être resté 2 jours sur Port Augusta, j’ai suivi les conseils de mes 2 amis de road trip et je suis descendu sur Whyalla. Le truc est que ce n’était pas forcément sur ma route et ce n’est pas forcémment le genre de ville ou les backpackers vont. Mais j’aime bien les coins perdus et mes amis m’ont conseillé l’endroit car ils ont pu voir des dauphins.

La ville ayant une bibliothèque, des zones de free-camp et des douches gratuites, j’avais tous les critères pour allez faire un tour là-bas. En plus j’avais besoin de faire ma vidange, et le super cheap auto (genre de roady en France) le plus prêt était là-bas.

Me voilà donc à Whyalla. C’est une petite ville typique du sud australien avec une force présence minière. Il y a en effet une mine pas très loin et les trains / camions ramènent les roches aux usines de Whyalla pour les traiter et les expédier partout dans le monde.

Le premier jour je décide donc d’aller voir les dauphins. En route je m’arrête sur un point de vue.

Puis je pars voir les dauphins sur le port… et rien.

Je décide d’aller à la bibliothèque jusqu’au soir, puis retourne voir les dauphins. Cette fois c’est la bonne ! Ils sont tellement proche qu’on pourrait les toucher. Incroyable !

Le soir, je me trouve un freecamp et passe une très mauvaise nuit à cause du vent violent. Je décide de sortir de la tente et de dormir à l’intérieur de la voiture.

Le lendemain matin je me motive pour faire la vidange du 4×4, puis file à la bibliothèque. Dans la journée, je rencontre une fille nommée Emily avec qui on décide de boire un verre au pub du coin le soir même. Je crois que c’est la plus grande voyageuse que je n’ai jamais rencontré. A 28 ans elle a presque fait le tour du monde en solo et ces histoires de voyages sont super intéressantes. Après quelques verres, elle prend pitié de moi et me demande si elle veut que je dorme dans sa chambre d’amis. C’est une habituée du couchsurfing. Why not ? 🙂

Me voici donc dans la maison de ses parents en train de boire une bière avec elle et son père. J’en apprend un peu plus sur la famille. Ses parents sont gérant d’une boutique de produits pour les espaces verts. Emily, quant à elle, conduit les énormes camions dans les mines depuis peu. La nuit étant déjà bien entammée il est temps d’aller se coucher !

Hôtel 5 étoiles

Le lendemain matin, un excellent petit déjeuner m’attends. Je prends un peu de temps pour travailler un peu pendant qu’elle prépare un repas de fou pour toute la famille. L’après midi elle décide de m’emmener visiter. Nous prenons le 4×4 et grimpons au sommet de la plus haute montagne du coin. Le panorama est plutôt cool.

Ensuite, nous décidons d’aller à l’Irish Pub du village pour fêter la Saint Patrick. Je me retrouve dans un petit pub perdu et j’ai l’impression d’être dans un bistro au milieu du Beaujolais. Je me sens comme à la maison ! L’équipe des pompiers est là (Emily est également pompière). Je partage quelques Guinness avec la troupe et nous échangeons sur la vie australienne, française..bla bla bla. Nous décidons ensuite de rentrer à la maison. Emily invite 4 copines et je me retrouve donc avec 5 filles. Hard life mate !

Vers 23h nous décidons de retourner au pub et resterons jusqu’à 1h du matin. Retour en taxi et dodo.

Le lendemain matin, elle décide de m’emmener voir une plage connue : Point Lowly car un de ses amis est la bas et campe toute la journée. J’arrive donc sur la plage avec mon pack de bière, et, en tant que bon vieux bloody french commence l’apéro avec mes mates 🙂

Comme toute bonne sortie australienne, tout est prévu : frigo, barbecue, chaises, tente, kayaks, musique… AU TOP !

Je rencontre Brenn, un gars un peu barré mais super sympa avec qui nous allons faire un tour de kayak. Il m’explique qu’il travaille aussi ici. Il raffine du pétrole si j’ai bien compris.

Au passage j’apprends un nouveau terme : A shack. Il s’agit du genre de bungalow/maison sur la plage ou les gens on pour habitude d’y passer le week end ou les vacances pour se reposer ou faire la fête. Et je comprend maintenant un peu plus le sens de la chanson des B52’s que l’on écoute en chemin de la plage 🙂

Mes 2 amis Français (Benjamin et Igor les naufragés du désert) sont sur la route de Whyalla après avoir passé un moment à Port Lincoln. Emily me suggère de les inviter. Ils nous rejoignent donc et nous passons encore un peu de temps sur la plage tous ensemble. Ensuite nous filons dans la villa d’un des amis d’Emily.

La soirée commence tranquillement dans la piscine avec les mojitos puis termine dans le garage avec la musique à fond, une partie de beer pong entourée par des gens qui dansent et la harley davidson qui ronronne en arrière plan.

J’adore ce genre de moments ou tu trouves dans un endroit auquel tu n’aurais jamais pensé être et ou tu peux partager du bon temps et découvrir des nouvelles personnes. C’est un des avantages de voyager seul : Tu favorises le contact avec les autres personnes. Et quoi de mieux que de rencontrer des locaux ? 🙂

Aux alentours d’1h de matin, tout le monde décide de bouger dans un pub. Cependant il nous faut des chaussures. Une des amies d’Emily nous conduit à la maison. Mais problème.. mes chaussures sont dans ma voiture, et les clés de ma voiture sont dans la voiture d’Emily et sa voiture est trop loin. Etant déjà bien chaud je décide de ne pas aller au pub (sage décision !) et les laisser y aller.

J’apprends le lendemain matin que tout le monde est rentré à la maison et que mes 2 amis ont finalement trouver une place pour dormir chez Emily. Après un petit déjeuner bacon / oeufs je décide de partir et de dire au revoir à toute la famille. Même si je me sens très bien ici je n’ai pas envie d’abuser de leur hospitalité.

Contre toutes attentes mon séjour à Whyalla c’est donc transformé du plan tranquille pépére à 3 jours de folies !
Je suis toujours surpris de l’hospitalité Australienne. C’est clairement une bonne leçon de vie à chaque fois. Je ne sais pas si c’est le système ou l’éducation, mais en tant que Français nous sommes souvent réticents à rencontrer des étrangers. Nous avons tord ! Je pense que l’on devrait instaurer un truc du genre ou tous les jeunes devrait partir à l’étranger un an pour voir autre chose. Je suis certain qu’à terme nous aurions une France plus unie. Bon désolé, les élections Françaises me tape un peu trop sur le système. Je devrais peut être quitter le plateau pour faire du buzz et sauver la démocratie, haha !

On the road again !

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire