Australie, Western Australia

Nos adieux à Kirup pour… la France !

28 avril 2016

Surprise !

Nous sommes de retour en France ! Johann tenait à fêter ses 30 ans à l’occasion des conscrits alors nous sommes rentrés 15 jours faire un petit coucou à tout le monde.
Nous sommes donc retournés seulement 2 semaines à la ferme.
Notre dernière semaine à Kirup a été vécue comme un soulagement pour Johann et une épreuve pour Marilyne. C’est complètement l’inverse d’avant nos vacances dans le sud du WA.
Nous avons commencé les adieux mercredi pour les finir dimanche… Le truc bien étendu et bien douloureux !

Il nous faut rendre un petit hommage à Kirup. Les premiers jours n’ont pas toujours été faciles mais… Kirup était notre nouveau chez-nous. Nous y avons rencontré notre “Kirup Family” : une vraie petite famille de gens géniaux, des collègues de boulot de toutes nationalités, des voyageurs du caravan park… Les derniers jours se sont résumés à des larmes, des gros câlins, des barbecues, des bouteilles vidées, des fous rires… C’est beaucoup trop triste toute cette émotion.
Heureusement, la technologie actuelle facilite les choses. Après avoir échangé les derniers Facebook et numéros de téléphone, nous allons tenter de garder contact et nous projetons d’essayer de nous retrouver sur la route avec certains. Pour les autres, qui ont des projets trop éloignés des nôtres ou qui ne voyagent pas, nous espérons les revoir lors de vacances, ou comme nous leur avons proposé, de venir en France !

Bye bye notre caravan park

Bye bye notre caravan park

Vu comme nous vivons la chose, nous n’osons même pas imaginé notre retour définitif en France. De plus, nous nous promettons de ne plus jamais rester plus de 10 jours dans un même endroit. Passé ce seuil, c’est presque mission impossible pour nous de nous détacher…
Le duo Kirup/Donnybrook restera dans notre cœur toute notre vie !

La dernière soirée aura été sans aucun doute une des plus mémorables. Pas évident de se coucher à 5h et de se lever à 7… Mais c’est si bon !

La mission aéroport

Nostalgiques et la tête dans le brouillard, nous prenons notre petit-dej dans le nouveau café de Kirup puis quittons notre fief en fin de matinée.

Dernier petit déjeuner

Dernier petit déjeuner

2h30 de conduite nous attendent pour rejoindre le lieu où Pony séjournera telle une orpheline.
Nous mangeons sur la route. Les estomacs sont encore fragilisés de la bringue de la veille. Dur dur ^^
Nous devons gérer le fait de laisser notre voiture/maison de manière sécurisée et pas chère pendant notre absence. Le parking de l’aéroport était hors de prix et nous avons trouvé une information plutôt intéressante sur internet. Un caravan park de Perth, Advent Park, propose de la garder dans un box pour 4$ par jour ou garée dans l’herbe pour 2$. Nous avions demandé le box, mais une fois sur place, il était évident qu’il ne pouvait pas arriver grand chose à notre Paj sur l’herbe. Ils nous la garde donc tout le séjour pour 35$, ce qui est complètement dérisoire ! Il est environ 17h30 quand nous disons bye bye à Pony. Pour l’anecdote, il a fallu se débarrasser de la bouffe qu’il restait. Nous pensions avoir tout donné aux amis de Kirup mais il nous restait un oignon. La secrétaire de l’Advent Park aura de quoi cuisiner 😉
Comme dorénavant nous vivons de manière “on verra bien sur le moment”, nous n’avons pas encore réfléchi à comment nous allons parcourir les kilomètres qui nous séparent de l’aéroport.
Nous avons vraiment vécu une drôle de vie ces derniers jours. Vous n’avez pas idée. Des fois, nous aimerions que vous soyez là pour vous immiscer dans notre quotidien extraordinaire. Nous allons avoir du mal à nous passer de ce style de vie maintenant…
Bref, le GPS nous indique 10 minutes en voiture et 1h40 à pied. Marilyne veut faire du stop mais Johann n’aime pas ça. Alors à pied, avec 2 sacs à dos chacun, nous commençons à marcher. Le taxi est cher, l’unique bus passe tard, nous n’arrivons pas à nous connecter à Uber… ça va être compliqué de faire autrement qu’à pied ! Et en chemin, nous rencontrons 2 jeunes femmes de notre âge : une Américaine et une Balinaise. Elles sont à vélo, et nous voyant chargés comme des mules, elles s’arrêtent pour entamer la conversation. C’est plutôt sympa, elles sont rigolotes et nous rassurent en nous disant que l’aéroport est encore super loin haha ! Nous nous rendons compte rapidement qu’elles sont Sœurs. Pour leur faire plaisir, nous acceptons la lecture religieuse qu’elles nous offrent et repartons…
curaton
Il fait nuit et il s’est mis à pleuvoir. Le fait de marcher et de rencontrer les 2 nénettes a fait passer du temps. Nous sommes sur le chemin du bus alors nous l’attendons 20 minutes. Nous en prenons ensuite un second et arrivons enfin à l’aéroport où nous finissons les provisions avant d’y rentrer. Il fait bon à Perth, on sent bien que nous sommes un peu plus au nord. Nous sommes très peinés d’être devant cet aéroport. Notre Australie, Pony, et la petite vie qui va avec va nous manquer ; surtout que nous savons qu’en rentrant nous avons 1 mois de road trip direction Darwin qui nous attend ! Alors nous pensons aux retrouvailles qui nous attendent et nous retrouvons le sourire.
Ha oui c’est vrai, nous ne vous avons pas précisé l’heure du décollage ! ! ! Le vol est à 6h le lendemain matin. Il faut donc être sur place à 4h. Mais comme vous avez deviné où nous allons dormir, nous serons largement à l’heure 😉 !
Nous passons paisiblement les 20h de trajet qui nous séparent de la France.

Passage au dessus des Alpes

Passage au dessus des Alpes

Ce n’est pas évident d’organiser notre arrivée quand personne n’est au courant. Nous allons arriver tard car nous débarquons à 19h30. Bien sûr, “on verra sur place”, alors nous attendons de voir ce que le futur nous réserve !
Au final, nous prendrons un train jusqu’à la gare, puis un autre jusqu’à proche de chez nous puis un taxi. La prochaine fois, nous penserons à être prévoyants : écrire son code de carte bleue quelque part ou garder des euros en liquide sur nous… Avec ni l’un ni l’autre, nous avons failli avoir une belle galère ! Maintenant, il est temps d’enchaîner les surprises car personne n’est au courant…

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire