Australie, Carnet de voyage, Northern Territory

Kings Canyons et West MacDonnell National Park

9 mars 2017

9h30 du matin, j’ai préparé tout ce qu’il me fallait pour survivre quelques jours perdu au milieu de nul part.

Voici mon itinéraire :

A noter que je n’avais pas prévu de partir sur Yulara (Uluru) à la fin, mais l’histoire va en dire autrement.

West MacDonnell National Park

Je pars donc en direction du West MacDonell National Park et me retrouve sur des petites routes goudronnée super jolies. Je suis entouré de montagne et pour le moment je ne suis pas déçu d’avoir choisi cette route. Je connais déjà l’autre route pour aller à Kings Canyon car c’est celle que j’ai prise quand je suis allé à l’Uluru avec mon ancien boulot les 2 dernières fois.

La route est parsemée de point ou s’arrêter. J’essaye de ne rien rater :

J’arrive plus tard à un croisement ou je tombe sur une gravel road. Vous savez les routes ou tout tremble dans la voiture. Je m’engage donc en direction de Kings Canyons pour 157 kms de bonheur.

La route n’est pas trop en mauvais état et le paysage est magnifique. Je prends mon pied à 300% juste le fait de penser que je suis perdu au milieu de l’Australie dans un endroit ou il y a personne et aucune réception. Un peu maso peut être ? 🙂

En chemin je croise des chevaux sauvages.

50 kms avant d’arriver à Kings Canyon, je trouve un campement gratuit. Il est déjà 17h, je décide de me poser ici pour la nuit. Je suis entouré d’une troupe de 4×4 et nous surplombons la vallée avec une vue magnifique. Pour la première fois depuis très longtemps (10 mois) : j’ai FROID !!! et c’est trop bien !

Je me pose donc tranquillement dans le camp nommé Moris Pass Lookout et commence à rédiger mes articles de blogs et autre boulots que je peux faire hors ligne. Car bien sûr ici il n’y a pas de réception.

Je commence a préparer mon diner et je m’aperçois que le sunset arrive. D’un côté je peux voir le sunset, et de l’autre un arc en ciel magnifique sur ce que je pense être Kings Canyon.

Mes voisins décide de mettre de la musique, et ohh.. quel bon choix : Xavier Rudd (artiste Australien). Parfait 🙂

Je regrette de ne plus avoir l’appareil photo car mon iPhone a perdu de sa qualité. Je ne vous parle pas de mon drone qui est toujours en réparation..

Bref, je termine ma soirée en admirant le panorama sur des airs de musique reggae, il y a pire !

Kings Canyon

Je me lève à 6h du matin après une nuit ultra silencieuse. Le sunrise commence juste. Je range rapidement la tente et repart sur la gravel road.

Sur la route je double une voiture de backpackers qui roule le coffre ouvert, je leur fait signe, mais ils me font signe que c’est normal. Bon ! Ok !

Je m’arrête au Kings Canyon resort pour récupérer de la documentation et espérer trouver du réseau pour contacter famille et amis, mais rien. Je continue ma route plus loin et trouve l’entrée de Kings Canyon.

A l’entrée se trouve une petite borne wifi qui me permet de savoir que mes amis naufragés de la route sont dans les parages et qu’ils souhaitent faire la randonnée aujourd’hui. J’attends donc un peu et les voit arriver ! Nous discutons un petit peu et commençons la randonnée ensemble.

Kings Canyon se trouve au milieu du désert. Les falaises se sont formées avec le temps par les changements de température sur les dunes de sable et l’érosion. Cela m’a rappelé un mélange de Kalbarri, Karijini et Purnulu (rien que ça !)

Nous choisissons de faire la grande randonnée de 4h que nous ferons en…2H. Trop facile ! Ce que je retiens de ce parc, c’est la découpe des roches dans le canyon. On dirait que les rochers on été découpés au laser. C’est assez impressionnant.

Voici quelques photos de la balade. Encore une fois je suis un peu déçu de la qualité des photos…

En chemin nous évoquons ce qu’ils ont fait la veille, et ils me parlent de l’Uluru. Igor me demande si je veux son pass pour l’entrée du parc. Du coup, je décide de retourner à l’Uluru et de profiter des choses que je n’avais pas pu faire la dernière fois.

C’est parti pour de nouvelles aventures !

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire