Australie, Carnet de voyage, Queensland

Cairns et ses alentours

27 novembre 2016

Bye bye la forêt, nous revenons sur Cairns. C’est un peu triste, alors nous faisons trainer. En route, nous essayons de voir le maximum de choses. Comme prévu, nous repassons par Port Douglas car il est plus simple de s’arrêter pour admirer le paysage dans le sens de la marche.

Les petits corps subissant encore la marche de la veille et les nuits pourries dues à la pluie, une sieste s’impose à Trinity Beach, après un arrêt à Palm Cove.

Puis nous allons voir Henry Ross Lookout, un joli panorama !

henry-ross-lookout

Henry Ross Lookout

S’en suivra un barbecue pour assister à la migration des chauves-souris d’un côté à l’autre de la crique de Cairns, au coucher du soleil.
chauves-souris
C’est un véritable ballet auquel nous participons en silence. Autant elles peuvent être bruyantes quand elles sont pendues, autant leur vol n’émet aucun son (sur la vidéo, ce sont d’autres oiseaux qu’on entend). Elles sont des milliers à traverser pendant de longues minutes, formant 3 files. Au départ des files, c’est un joyeux bazar, un vrai tourbillon, car chacune tourne en rond le temps de décider quel chemin elle suivra.

Les jours suivants, je vais visiter Cairns un peu mieux, ainsi que ses alentours. C’est une ville dynamique, surtout les soirs de week end : les restaurants sont complets, les gens se baignent tard au Lagoon, les barbecues sont pris d’assaut, les artistes de rue attirent les foules… Cette vision positive me réconcilie un peu avec Cairns.
Voici quelques photos de l’Esplanade, du Lagoon, du Rusty’s Market, de Stoney Creek au Barron Gorge National Park et du lookout au jardin botanique.

Non loin de la ville, il est possible de trouver des lieux parfois peu connus où il fait bon se poser quelques minutes.

Je vais également passer une journée à Fitzroy Island : sujet du prochain article.

Voilà, 10 jours après avoir posé le pied à Cairns, il est temps de redescendre. Merci à mon travelmate d’avoir pris le temps de m’avoir fait découvrir les endroits sympas dans les environs !

Je déserte le free camp à 30 minutes de la ville où j’allais dormir chaque soir. Comme vous allez le voir sur la vidéo, sur la côte est, c’est blindé ! Je dis adieu à John, le soixantenaire guitariste sans-abris avec qui je me suis liée d’amitié. Nous partagions chaque matin notre breakfast. Il prend mon numéro pour que nous continuions à le partager au téléphone haha. C’est ce qu’il a fait les quelques matins suivants 😉

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire