Australie, Western Australia

À la recherche d’un emploi

28 octobre 2015

Nous travaillons ! Il faut bien, si nous voulons auto-financer le voyage.

Après avoir quitté la région de Perth, nous sommes descendus vers le sud avec dans l’idée de trouver rapidement du travail dans les fermes. Celles-ci se situent dans le bush en grande majorité. Nous avons donc traversé Rockinhgam, Mandurah puis Bunbury. Nous avons d’ailleurs dormi dans des endroits assez particuliers…

Une rest-area : petite aire de repos au bort d'une grande route

Une rest area : petite aire de repos au bord d’une grande route

Magnifique toilettes sèches dans un camping perdu au milieu du bush

Magnifiques toilettes dans un camping perdu au milieu du bush

Il existe un livre, également disponible en version PDF, le Harvest Guide. Il indique pour chaque région, les villes où il y a du fruitpicking (cueillette de fruits), le type de fruits à y ramasser mais surtout les mois qui composent la saison. Là où nous nous trouvions, ça s’annonçait compliqué !
Si nous voulons travailler dans ce domaine, c’est parce qu’il permet de renouveler le visa une année supplémentaire MAXIMUM. 88 jours de travail dans certains domaines et certaines villes sont nécessaires. Plus on les fait rapidement, plus vite on est tranquille ! Car oui, on souhaite se donner la possibilité de faire durer le plaisir.
Nous étions donc dimanche 25 octobre à Bunbury et nous avons consulté toutes les annonces concernant le “farm work” sur Gumtree, iBackpacker, Seek, etc… Nous avons répondu à certaines d’entre-elles et créé notre propre annonce de demandeurs d’emploi. Puis nous avons décidé de bouger un peu. Nous avons épluché les codes postaux éligibles pour le second visa (en général loin des grandes villes).

Nous voilà donc partis bien décidés à faire du porte à porte. Mais du fait que nous étions dimanche, peu de gens nous ont reçu. Nous avons donc fait du repérage en notant toutes les adresses de fermes pour y revenir le lendemain.

Il paraitrait que c'est de l'humour australien :)

Vu sur notre route lors de notre recherche. Il parait que c’est de l’humour australien !

Lundi donc, de bonne heure, de bonne humeur et très motivés, nous reprenons la route. Le bush est magnifique : des immenses prés et collines d’un vert brillant sur lesquels gambadent moutons, vaches, émeus, chevaux habillés…

bush-australien bush-asutralien-2 bush-australien-4 bush-australien-3 chevaux-habilles

Puis une ferme, puis deux, puis trois… Chacun nous accueille avec un large sourire mais nous annonce que la saison ne commence pour eux qu’en décembre-janvier. Et chacun nous envoie dans la ferme voisine… Au final, nous avons fait une boucle complète, le dernier nous ayant conseillé le premier… Pour maximiser nos chances, nous avons acheté un cahier et nous donnons nos noms et numéros de téléphones à 3 fermiers (ceux qui nous les ont demandés). Nous rentrons bredouille dans l’après-midi et décidons de foncer directement à Margaret River.

margaret-river

C’est une région connue pour ses vignobles, mais ce n’est également pas la saison. Nous nous inscrivons sur une liste d’attente dans une boîte d’intérim.

Notre première agence d'intérim

Notre première agence d’intérim. Y’a pire comme lieu de travail !

Nous passons la nuit à Margaret, chez un Australien qui a construit un camping sur son terrain. Pour seulement 20$ nous pouvons prendre une douche chaude et passer une nuit paisible cernés par les kangourous.

Les kangourous au réveil !

Mardi matin, réveillés à 5h comme tous les jours, par les oiseaux, nous décidons de descendre encore pour rejoindre la saison à Albany qui, selon le Harvest Guide, aurait commencé. Nous nous arrêtons faire une course avant de prendre la route et là, le téléphone sonne. Un fermier rencontré hier a besoin de main d’oeuvre dès demain et nous demande de passer dans l’après midi pour l’administratif.

Demi-tour, direction Kirup ! Nous en profitons pour passer à Busselton et nous acheter des vêtements de seconde main pour travailler. Quelques heures plus tard, nous débarquons dans la ferme et commençons à remplir les papiers. Pour travailler, c’est assez simple. Il faut fournir :

  • le numéro de visa,
  • le TFN (que nous avions demandé le premier jour),
  • la superannuation (compte retraite, nous expliquerons ceci dans un prochain article)
  • les coordonnées bancaires.
Un peu de paperasse !

Un peu de paperasse !

BONHEUR ! Trop heureux ! En 2 jours nous avons trouvé un job pour tous les 2 ! Nous allons donc faire du thinning.

On a un job ! ça s'arrose !!

On a un job ! ça s’arrose !!

 

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Laisser un commentaire